Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 20:25

 

Dès le matin, tout juste arrivés hier à minuit, seuls dans la baie de Taunoa, nous interpellons tous ceux qui passent près de nous en pirogue à balancier, pêcheurs ou sportifs, pour nous renseigner. La baie est interdite (depuis peu) au mouillage, et le meilleur mouillage semble être celui de Taina (près de la marina du même nom), au nord-ouest. Loin des bruits de Papeete, qui a sa propre marina.

Pas de problème, nous levons l’ancre, et, avec notre seul moteur opérationnel qui suffit, nous descendons vers le sud-ouest pour trouver cette marina entourée de mouillages sur bouées côté récifs (appartenant à la marina), et de mouillages sur ancre côté terre. Nous choisissons cette dernière option et nous mettons proche du ponton d’accueil des youyous (déplacements fréquents anticipés).

 

Une petite difficulté avec deux bateaux voisins qui sont sur corps mort (dalle de béton sur laquelle il y a une chaine, sur laquelle ils s’accrochent). C’est tout simplement interdit, plus sécuritaire pour eux mais très gênant pour ceux qui tournent autour de leur ancre.

 

 

Quand tout le monde est à l’ancre, tout le monde tourne en même temps et l’on s’évite mutuellement d’une façon naturelle. Alors qu’avec des bateaux sur corps mort on risque de les toucher car ils ne peuvent eux bouger ; ce qui était le cas avec un italien, un peu plus gueulard et exciter que l’autre. Au bout d’une semaine nous avons choisi de partir ailleurs, un peu plus loin, mais plus tranquille aussi.

L’endroit est magnifique et nous comprenons pourquoi très nombreux sont ceux qui décident de s’arrêter ici en travaillant par ci par là avec le bateau comme résidence principale. Nous sommes à ½ h de Papeete en bus. Avec une affiche « bateau » sympa indiquant l’aller d’un côté et le retour de l’autre, nous avons été pris en stop 3 fois sur 4. On prenait le bus s’il arrivait avant que l’on nous prenne en stop.

 

Aux Marquises comme aux Tuamutu, la capitale de la Polynésie française, Papeete (papé été) était décriée comme peu sûre et désagréable. Nous avons donc été positivement surpris car la même gentillesse, soulignée par tant de sourires, règne aussi en maître ici.

Ici la bière est fabriquée sous nos narines.

 

Même si, bien sûr, la vie y est un peu plus speed. Mais elle est encore tellement plus relax et accueillante que dans n’importe quelle autre capitale de nos connaissances. Assurément, la pauvreté révélée par les sans-abris (ou quartiers délaissés), nous rappelle que le capitalisme ici, comme dans trop d’ailleurs, supplante tout soucis de sociabilité humaniste … Chercher l’erreur !

Notre séjour sur Papeete s’est centré sur … devinez … trouver le matos et les compétences pour se sortir des merdes à répétition autour de deux fléaux : les moteurs et les contacts électriques. Vous devinez que je pense souvent au mécano d’Houmt Souk, même s’il n’est pas forcément responsable de tout. J’eusse dû demander à mettre des moteurs neufs, mais je n’en avais alors pas les moyens (l’assurance ne m’a remboursé que 50% pour tout matériel neuf de remplacement, mais 100% de la main d’œuvre). Au total c’est notre tranquillité qui a trinquée, mais aussi, in fine, le compte en banque au fur et à mesure des interventions de Mahon (Baléares), comme d’Assilah (Maroc), comme du Marin (Martinique), comme de Shelterbay (Panama), comme d’Esmeralda (Équateur), de Hiva Oa, et enfin Papeete … Sûrement pas fini …

Nous n’avons jamais été en difficulté majeure mais trop souvent en tension (voire stress pour Simonie) avec ces soucis. Aujourd’hui dimanche 10 juin 2018, les deux moteurs sont quasiment opérationnels (inverseur neuf à moitié prix sur tribord, et il n’y a plus que l’arrêt électrique commandée du tableau de bord à réparer sur bâbord … ce dernier « cacaboud » est nouveau depuis 3 jours !!!).

Pendant ce temps-là, l’île de Mooréa s’offre à nous, superbe sous le soleil couchant …

J’étudie très sérieusement, le remplacement du moteur tribord avec un moteur neuf et deux alternateurs de 120 A, et le remplacement du moteur bâbord avec un moteur électrique qui aura une hélice fixe afin de recharger les batteries (lithium obligera) pendant la navigation sous voiles … Je sais déjà que cela est tout à fait jouable. Cela si l’installation est bien pensée : panneaux solaires en rapport avec nombre de batteries, en rapport avec puissance du moteur électrique. Capitshadok n’a pas dit son dernier mot sur l’autonomie qui permettra au professeur shadoko de vaincre tous les « Gibis » ici entendus comme les « cacabouds » successifs. Pour l’instant mes deux nouveaux parcs de batteries Lifepo4 assurent impeccable. Si le soleil est des nôtres, le dessalinisateur, le grille-pain du matin, comme le guindeau fonctionnent sans moteur thermique !

 

Bon, nous avons quand même fait quelques ballades et visites. Le musée de la perle est une merveille. Le salon de l’artisanat, qui s’est déroulé pendant notre présence, nous a révélé un esprit créatif de haute voltige, dans les perles comme dans les « filoches » de coco, ou autres sculptures sur bois flottés.

Nous allons aussi plusieurs fois au marché couvert de Papeete. Belle animation tranquille.

 

 

Au mouillage nous nous baignons tous les jours, les poissons et coquillages, qui ravissent Simonie, sont à portée de palmes dans les coraux tout proches. Même l’eau du port est translucide.

Quelques bons contacts de bateau ou à terre.

Une belle rencontre avec Nathalie, la fille de Jacky, une ancienne collègue de mon travail de Dijon. Avec une histoire forte que je résume à ma façon. Sa fille, ayant vécu ses premiers 18 ans ici, est partie cette année en France pour suivre une formation universitaire. Au bout de quelques mois elle est tombée nerveusement malade. Diagnostic : elle ne supporte pas les gens de la France qui ne se préoccupent pas du tout de son existence, qui ne sont pas accueillants, et qui plus est sont trop souvent agressifs … trouvez, aussi ici, d’où vient l’erreur. Tout l’inverse de ce que j’ai vécu ici en arrivant ! Je vous assure que cela me donne envie de pleurer, et même que je pleure !

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de capitshadok
  • : Présentation de mon catamaran et de mes voyages et croisières sur celui-ci ... avec les amis qui se manifestent, pour vadrouiller au tour du monde.
  • Contact

Recherche

Liens