Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2019 7 12 /05 /mai /2019 08:02

 

2018-12-05 SHADOCOCO au Pays des Kiwi, All Blacks, ou autre Nouvelle Zélande

 

En novembre 2017, lors de notre départ de Villefranche sur Mer pour cette longue aventure de 9 mois et 15 jours, nous envisagions de revenir en France, en avion, tout début juillet, depuis la Nouvelle Calédonie.

Éole et les soucis techniques (liés essentiellement aux mauvais traitements tunisiens sur mes deux moteurs), nous ont, chemin faisant, retardé d’un bon mois. En réfléchissant un peu, nous pensons que ce n’est pas excessif. En plus, pour éviter la saison cyclonique, trop active autour de la Nouvelle Calédonie et le Vanuatu, nous avons rapidement décidé de continuer à « descendre » vers le sud sur la Nouvelle Zélande, hors zone cyclonique. C’est très bien ainsi car ce sera le bon endroit pour revenir sur la Polynésie Française. Ceux qui nous ont suivi de près ont bien compris que le bonheur vécu là-bas nous a complètement séduit au point de décider de refaire un long voyage supplémentaire pour y revenir plus longtemps. Un des points fort sera probablement le festival des folklores Polynésiens (tous les deux ans) qui se déroulera en décembre 2019.

Nous sommes donc partis de Nouvelle Calédonie le mercredi 01-08, avec Lucas, connu par sa petite annonce dans une marina. Il recherchait un bateau pour la NZ. À la suite d’un repas sur SHADOCOCO il nous a semblé très tranquille et correct.

 

La route n’était pas facile à envisager, et nous avons choisi l’option sud-ouest en fonction de notre analyse de la météo.

Au total ce fut le bon choix, et toute la navigation s’est déroulée comme prévue. Pour sa première navigation Lucas n’a été dérangé (mal de mer) que les deux ou trois premiers jours. Il s’est révélé un coéquipier intéressé et intéressant. Nous n’avons que des bonnes choses à dire de lui, à vivre ensemble et à participer à toutes les manœuvres.

Ce fut une semaine de bonheur avec une personne en or, dans tous les domaines. Lucas n’avait jamais navigué mais il est d’une attention, d’une écoute et d’une participation de rêve pour tout capitaine accueillant (attention ses chevilles !).

Nous étions sereins en venant sur la Nouvelle Zélande car tous les marins rencontrés, et les personnes de Nouméa avec qui nous avons faits connaissance, sont unanimes pour dire que c’est un beau et intéressant Pays, habité par de bonnes personnes.

Nous y resterons au moins 4 à 5 mois en y revenant début novembre, le début de la bonne saison. Puis, mi-avril à mi-mai 2019, ce sera la bonne période pour la route sud qui nous mènera en premier lieu sur les Gambiers, au Sud Est de la Polynésie française. Lieu annoncé comme paradis supplémentaire …

Dès maintenant les amis qui seraient tentés de nous rejoindre à telle ou telle période, ou pour telle ou telle partie du trajet, auront droit à toute notre attention.

Pour la petite histoire, trois heures avant d’envisager d’accoster la NZ, nous sommes arraisonnés et sommés de suivre le cruiser des douanes. Il nous dirige jusqu’à leur poste de travail (quatre heures de plus de trajet à l’intérieur de la baie d’Houhora Harbor) au Nord Est de l’île du Nord. A 7 (sept) personnes et 1 (un) chien, ils vident complètement tous les espaces du bateau … sans trouver … ni drogue, ni clandestin, ni matières illicites ! Au début votre capitaine est un peu tendu … puis compréhensif vis-à-vis de personnes qui font leur travail avec sérieux ! Le rangement est fait par eux mais sans conviction … j’ai dû recaser tous les espaces. Cela nous a retardé d’une journée mais nous a permis une première nuit entière dans un coin très tranquille.

Le lendemain, de jour, nous allons jusqu’à Marsden Cove Marina où le point de contrôle sanitaire est obligatoire. L’agent contrôleur était là à notre arrivée. Il fouille tous les lieux où peuvent se trouver des aliments (poubelles, frigos, placards …). On avait tout mangé … ils ont quand même piqué tout ce qui était « cru » : maïs pour popcorn, haricot noir, reste de beurre, restes divers et non avariés ! …. Ils ont mis aussi mon Aloe Véra à la poubelle avec mon beau pot sculpté dans racine de fougère géante arborescente par les derniers « indiens » Caribes de la Dominique … juste cela qui m’a foutu les boules !!! Même si j’achète un aloé véra ici, on nous le confisquera si on y revient plus tard ! Très très stricte pour la protection sanitaire du Pays.

Le soir même nous arrivons en face du chantier Norsand, là où nous allons sortir le cata pour trois mois et faire pas mal de travaux (changement des deux moteurs thermiques par un même seul moteur thermique neuf, et un moteur thermique avec batteries lifepo4, réfection de mes deux safrans brisés en deux, ….)

Le samedi matin nous avons fait une petite visite de la ville. Très sympa et pas loin (à plat, si on prend le vélo). Pour l’aller, c’est un employé du chantier qui nous a spontanément emmené. Et 8 euros de taxi au retour avec paquets de courses.

Nous trouvons de tout à des prix très raisonnables.

 Ici Minthu, deux amis de Monique, le barbu Jacques debout, Capitshadok, Simonie, Monique et André

Le samedi soir il y avait une petite bouffe collective dans espace très clean et convivial, chauffé. C’était bien pour prendre contact avec les marins du chantier et glaner des informations utiles pour les travaux à venir. Mais je ne comprends rien dans leur anglais rapide … ils rigolent fort, et moi je souris pour faire bonne mine ! Je rate trop de choses, j’ai décidé que j’allais passer au niveau supérieur et me replonger dans l’apprentissage de cette incontournable langue internationale.

Il caille : entre 10° et 15°. Pluies froides par intermittence. Mais ici pas mal d’hommes sont toujours en bermudas … moi avec jogging sous pantalon ! Mais nous sommes contents d’être ici. Sortie du bateau le 16.

Notre billet pour la France est déjà retenu pour le 19 août.

Simonie et moi passons trois mois en France, cela reste trop court pour nos petites affaires administratives et médicales, et surtout pour nos relations familiales comme amicales. Mais beaucoup de bonheurs à vivre.

Il commence à faire froid en France, c’est le début des « gilets jaunes ». Nous retournons en NZ. Notre avion décolle le 13 novembre et nous arrivons à Auckland le 15 novembre. On nous a encore piqué un jour … cherchez le coupable ! Nous choisissons de prendre le car entre Auckland et Whangarei (160 km), il n’y a que des virages, des montées et des descentes … île volcanique oblige. Tout est vert avec des variations exceptionnelles de variétés végétales.

Ici, en NZ, c’est le printemps, il caille un peu (moyenne 15-19° le jour, 12-14° la nuit. Temps « breton », des averses suivies de soleil plombant (car sans couche d’ozone), de la bruine parfois persistante. Progressivement cela s’améliore. Au 9 décembre nous sommes actuellement entre 22°-24° le jour et 14°-15° la nuit. Les infos des « gilets jaunes » occupent une partie de toutes nos soirées … ça ne réchauffe pas les cœurs mais mobilise l’esprit !

Jusqu’ici, à part quelques bricolages, nous en sommes seulement à l’installation du chantier : achat de deux bureaux (50 euros) pour le rangement sous le bateau, et trois portes, puis récup d’échafaudage, …. Je commence le désossage de la mèche de safran (axe plein en inox qui maintien les gouvernails (ou safrans) en place). Je porte cette mèche chez le fabricant « inox » avec commande de deux mèches neuves (900 €). Je commande une plaque de composite pour les refaire par moi-même … 2000 € d’économisé !

 

Au total, tout compte fait, assurément, ça va être un bon festival pour mon compte bancaire renfloué par avance par ma banque !!! Mon dernier deuxième emprunt s’arrête en février, un troisième s’ouvrira juste après.

Je m’occupe actuellement de mon projet de changement des deux moteurs : l’un par le même en thermique (diesel), l’autre par un moteur électrique. Je me lance dans une aventure pas gagnée d’avance. Avec un électricien, qui a « pignon sur container » au chantier, j’ai quelques temps d’échanges théoriques et envisage un temps de supervision pour l’installation. Pas sûr d’aboutir, mais j’évalue la faisabilité.

La vie ici est agréable, nous sommes très bien installés en vue très dégagée sur la rivière et au calme. Les prix de toutes les choses sont de 15 à 30 % moins cher qu’à Paris. Les compétences locales « bateau » sont assurées. Beaucoup de magasins, présentés comme des magasins classiques, de « seconde main » ou « Hospice », qui vendent de tout, tel nos Emmaüs. Dont un grand hangar pour les matos d’occasion bateau.

Nous sommes environ 5 ou 6 bateaux français sur ce chantier (4 en tout sur Whangarei) dont 2 ou 3 installés depuis longtemps (gros travaux ou trainasserie tranquille). Plus du passage « court carénage ».

Je m’accroche pour comprendre l’anglais des NZ. Pour l’instant on ne m’a pas offert une lanterne, quand je parlais de ma vessie

Ici repas de Noël avec Simonie, Marlène, Min thu, Ben et André

J’ai instauré un BBQ des gaulois tous les jeudis soir. Il y a un bel espace couvert qui permet cela. Les amitiés s’installent et se construisent.

Nous achetons aussi un « camping-car, un Nissan Serena sobrement équipé selon les normes minimales de la NZ (toilette chimique, feu à gaz, lavabo avec bidon d’eau douce et réserve d’eau « grise » et un lit style à tiroir. Nous y passons notre première nuit ce dimanche 9 décembre sous un beau soleil et beaucoup de vent, dans la très mignonne petite baie abritée de Taiharuru, à 30 mn de notre chantier. Cool !

suites NZ un peu plus tard : le chantier, visite de la NZ, ...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de capitshadok
  • : Présentation de mon catamaran et de mes voyages et croisières sur celui-ci ... avec les amis qui se manifestent, pour vadrouiller au tour du monde.
  • Contact

Recherche

Liens